lb fr pt en
Orientéierungshëllef fir d’Héichpunkten . Repères des temps forts  

Introduction au temps de Pâques

Première semaine du Temps pascal

Cette première semaine revêt une solennité particulière. Tous les jours, on y chante le Gloria et la préface y parle de « l’Aujourd’hui où le Christ notre Pâque a été immolé ». Le renvoi : « Allez dans la paix du Christ » est doublé de joyeux Alléluia.

Autrefois les baptisés de la Nuit pascale participaient à l’eucharistie tous les jours, revêtus de leurs vêtements blancs ; d’où le nom de « semaine in albis » (en vêtements blancs) autrefois donné à cette semaine plus festive. La liturgie ancienne s’adressait, bien sûr, aux néophytes, mais aussi aux fidèles venus en ville pour les fêtes - célébration prolongée que facilitait, à partir de 389, la loi civile qui considérait cette semaine comme totalement fériée.

Une communauté qui a reçu en son sein des adultes par le baptême, en la Nuit pascale, tiendra, autant que faire se peut, à marquer toute la semaine par une rencontre quotidienne avec ses nouveaux membres. Tant pour prolonger l’action de grâce avec eux que pour ne pas les laisser à eux-mêmes, les entourer et prendre conscience des nouveaux liens tissés par la foi et l’amour.

Le chrétien sensibilisé à la liturgie trouvera le moyen de relever cette semaine en participant à l’une ou l’autre eucharistie, ou en relisant chez lui les admirables liturgies qu’il vient de célébrer et qu’il lui faut maintenant vivre : Que nous soyons pénétrés de ton esprit de charité, que nous soyons unis par ton amour. Seigneur (dernière prière de la Veillée pascale). C’est LA façon de célébrer la Pâque en droiture et en vérité (Jour de Pâques, communion).

Normalement le deuxième dimanche de Pâques a sa place ici comme clôture de la grande Semaine pascale. Pour des raisons pratiques il est rangé dans la suite des dimanches de Pâques.

Temps pascal - Temps de l’Esprit Saint

Ce serait une grave erreur et un regrettable appauvrissement que de réserver la célébration de l’Esprit Saint pour la fête de la Pentecôte. Même si, dans notre liturgie occidentale, la mention de l’Esprit n’est pas toujours explicite pendant ce Temps pascal, l’Esprit Saint est omniprésent.
Jésus est ressuscité par l’Esprit Saint (Rm 8,11).

Jésus est maintenant « spirituel », non spiritualisé dans le sens d’évaporé.
Il est dans l’Esprit Saint. Son humanité a été transformée par l’Esprit : le corps de misère, soumis à nos limites (fatigue, souffrance, localisation...) échappe maintenant aux lois de la biologie, des temps et des lieux. Il est autre. Nous utilisons le mot biblique : glorieux. La description du Christ de gloire est impossible, car toutes nos données sont terrestres, alors qu’il est céleste. Mais ce qui importe c’est de savoir qu’il nous est présent, proche, et particulièrement dans l’Eglise de telle sorte que quiconque l’accepte dans la foi le reçoit tout entier. C’est cela l’oeuvre de l’Esprit.
Dès le soir de Pâques, Jésus donne son Esprit aux disciples (Jn 20,22).
Nous sommes donc déjà, nous aussi, dès la résurrection de Jésus, dans le temps de l’Esprit. Si la Pentecôte est le jour où l’Esprit descendit en langues de feu sur les apôtres, cela veut dire que l’Esprit, déjà reçu à Pâques, se manifeste alors d’une façon éclatante dont la tempête, le feu et le don des langues sont les signes. Ce qui était, à Pâques, dans le bourgeon éclate maintenant dans le fruit.

C’est pendant ce temps pascal que peut renaître, dans nos communautés chrétiennes, le sens de l’Esprit Saint. Parent pauvre de la spiritualité latine, il est pourtant omniprésent dans cette période centrale de l’année liturgique. Si l’on a supprimé l’octave de la Pentecôte, ce n’est assurément pas pour diminuer encore l’impact déjà faible de la dévotion à l’Esprit - c’est, au contraire, pour faire saisir que tout le Temps pascal est le temps de l’Esprit.

Temps pascal - Cinquante jours de fête

Un jour ne saurait suffire pour célébrer l’événement capital de la résurrection. Rapidement l’Eglise christianisa la coutume juive de fêter le cinquantième jour après Pâques, la Pentecôte. Puis elle réunit ces cinquante jours en un seul grand jour de fête. Les Pères anciens parlent avec allégresse d’une semaine de semaines (saint Hilaire), d’un unique jour de fête (Tertullien) qui « a la même importance que le dimanche » (saint Irénée) - bref un « grand dimanche » (saint Athanase).

Aussi la liturgie ne parle-t-elle pas de dimanches après Pâques, mais des huit dimanches de Pâques (le huitième étant la fête de la Pentecôte).
La première semaine revêt cependant une solennité particulière par l’attention qu’elle porte aux nouveaux baptisés. La dernière, à quelques jours de la Pentecôte, enrichit la joie pascale du désir.

Une tapisserie riche, glorieuse, exultante étend ses couleurs gaies sur ces huit semaines. La résurrection de Jésus fait évidemment la mélodie principale de cette grandiose partition. Une résurrection que nous mettons du temps à réaliser. Comme les disciples d’Emmaüs, nous sommes lents à croire et il nous faut passer du Christ « selon la chair » au Christ « selon l’Esprit ». Alors nos coeurs se mettent à brûler.

Cette mélodie pascale fait résonner toutes ses harmoniques. L’Église, née à Pâques, essaie ses premiers pas ; nous écoutons les premiers « sermons » des apôtres et nous voyons la rapide expansion de l’Évangile. De courts et émouvants flashes éclairent la vie des premiers chrétiens de Jérusalem ; les structures de service se mettent en place. Tout est premier, nouveau. Cette Église des premiers jours se tient devant nous en la personne des néophytes, des baptisés de la Nuit pascale auxquels la liturgie consacre une attention toute particulière.

C’est le temps de l’Esprit Saint, l’Esprit que, pour l’amour... de Dieu, il ne faut pas attendre quand tout est terminé. Jésus ne donne-t-il pas son Esprit le soir-même de Pâques ? Le mot Pentecôte : cinquante jours, ne dit-il pas, à sa façon, que pendant ce temps, nous sommes dans la fête de l’Esprit ? Cet Esprit travaille nos coeurs d’une façon plus intensive pendant cinquante jours. N’attendons pas le dernier pour en prendre conscience.

 
Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g   .   A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .   
YouTube
SoundCloud
Twitter
Instagram
Facebook
WhatsApp 352 691 12 97 76
Service Kommunikatioun a Press . Service Communication et Presse
Äerzbistum Lëtzebuerg . Archevêché de Luxembourg

© Verschidde Rechter reservéiert . Certains droits réservés
Dateschutz . Protection des données
Ëmwelt- a Klimaschutz . Protection de l'environnement et du climat
5 avenue Marie-Thérèse
Bâtiment H, 1er Étage
L-2132 Luxembourg
+352 44 74 34 01
com cathol.lu