fr lb pt en de
Carême 2017 . Faaschtenzäit 2017  
13 mars 2017

Un coeur qui écoute

Carême 2017 : Exercices dans la vie courante - 2e semaine : Le Père envoie son Fils pour nous sauver

1er jour : « Le Seigneur vous a choisis »

Introduction à la journée :

Très souvent nous passons notre temps à courir après le temps pour faire toutes les choses que nous avons à faire. En réalité une seule est importante : se mettre à l’écoute de la Parole de Dieu. Nous découvrons alors que Dieu est déjà là et qu’il nous attend. Il tient plus à nous que nous ne tenons à lui. Prenons le temps de nous rendre présent à lui.

Texte biblique : « Le Seigneur s’est attaché à vous » (Deutéronome 7,7-8)

« Si le Seigneur s’est attaché à vous, s’il vous a choisis, ce n’est pas que vous soyez le plus nombreux de tous les peuples, car vous êtes le plus petit de tous. C’est par amour pour vous, et pour tenir le serment fait à vos pères, que le Seigneur vous a fait sortir par la force de sa main, et vous a rachetés de la maison d’esclavage. »

Pistes pour la prière :

  • Le Seigneur s’est attaché à son peuple non pour sa force et sa puissance mais parce qu’il était le plus petit de tous. De la même manière il s’attache à moi. Je prends conscience de cet amour personnel du Seigneur pour moi et lui en exprime ma reconnaissance.
  • Dieu me choisit non pour ma grandeur mais pour ma petitesse. Je prends conscience de la petitesse qui est en moi et qui me relie à Dieu.
  • Le Seigneur a tenu sa promesse : il a fait sortir son peuple de la maison d’esclavage. Il tient toujours sa promesse. Il me libère de ce qui m’empêche de vivre. Qu’est-ce qui m’empêche de vivre, ce pour quoi je peux demander l’aide du Seigneur ?

2e jour : Dieu conduit son peuple

Introduction à la journée :

Dieu libère son peuple de l’esclavage. Mais la route qui conduit à la liberté est longue. Elle passe par le désert et elle croise la précarité. Grande est la tentation de revenir en arrière, de préférer l’esclavage à la liberté qui oblige à faire des choix parfois risqués. La tentation de laisser ma vie aller au fil de l’eau plutôt que de faire des choix au quotidien est toujours sous-jacente. J’en oublie trop facilement que Dieu me conduit sur « des près d’herbe fraiche » où il me fait reposer. A moi il revient de me laisser conduire.

Texte biblique : la sortie d’Egypte (Exode 13,17-22)

17Quand le Pharaon laissa partir le peuple, Dieu ne le conduisit pas par la route du pays des Philistins, bien qu’elle fût la plus directe. Dieu s’était dit : « Il ne faudrait pas que, à la vue des combats, le peuple renonce et qu’il revienne en Égypte ! » 18 Dieu détourna le peuple vers le désert de la mer des Joncs. C’est en ordre de bataille que les fils d’Israël étaient montés du pays d’Égypte. 19 Moïse prit avec lui les ossements de Joseph, car celui-ci avait exigé des fils d’Israël un serment en leur disant : « Dieu ne manquera pas d’intervenir en votre faveur ; alors vous ferez monter d’ici mes ossements avec vous. » 20 Ils partirent de Soukkoth et campèrent à Etâm, en bordure du désert. 21 Le Seigneur lui-même marchait à leur tête : colonne de nuée le jour, pour leur ouvrir la route-colonne de feu la nuit, pour les éclairer ; ils pouvaient ainsi marcher jour et nuit. 22 Le jour, la colonne de nuée ne quittait pas la tête du peuple ; ni, la nuit, la colonne de feu.

Pistes pour la prière :

  • Versets 17 et 18 : La sortie de l’esclavage ne résout pas tous les problèmes. D’autres obstacles attendent le peuple qui, sous la conduite de Dieu, ne fait pas l’économie d’une traversée du désert. Que signifie concrètement pour moi de passer par le désert pour m’alléger du superflu ?
  • Versets 19 et 20 : Moïse emporte les ossements de Joseph qui lui permettent de garder le lien entre le ciel et la terre. Qu’en est-il pour moi ?
  • Versets 21 et 22 : De jour comme de nuit le Seigneur ouvre le chemin à son peuple. Quels sont les signes qui, dans ma vie, m’indiquent que le Seigneur m’ouvre la route ?

3e jour : « Lève-toi et fuis en Égypte »

Introduction à la journée :

Partout dans notre monde la violence est à l’œuvre. Mais elle est aussi présente en nous. Dès les premiers jours de la naissance la vie de l’enfant Jésus est menacée. La menace de perdre son emploi, de sombrer dans la précarité, d’être atteint par une maladie incurable peut s’abattre sur nous à tout moment. Malgré les vicissitudes de l’histoire un chemin de vie est toujours possible. Ce chemin, Dieu nous l’a ouvert en se faisant homme. Avec lui je ne crains aucun mal. Je sais que si je traverse les ravins de la mort il est avec moi comme il l’a été avec Joseph lors de la fuite en Égypte.

Texte biblique : la fuite en Égypte (Matthieu 2,13-18)

13Après leur départ, voici que l’Ange du Seigneur apparaît en songe à Joseph et lui dit : « Lève-toi, prends avec toi l’enfant et sa mère, et fuis en Égypte ; restes-y jusqu’à nouvel ordre, car Hérode va rechercher l’enfant pour le faire périr. » 14 Joseph se leva, prit avec lui l’enfant et sa mère, de nuit, et se retira en Égypte.
15 Il y resta jusqu’à la mort d’Hérode, pour que s’accomplisse ce qu’avait dit le Seigneur par le prophète : d’Égypte, j’ai appelé mon fils.
16 Alors Hérode, se voyant joué par les mages, entra dans une grande fureur et envoya tuer, dans Bethléem et tout son territoire, tous les enfants jusqu’à deux ans, d’après l’époque qu’il s’était fait préciser par les mages. 17 Alors s’accomplit ce qui avait été dit par le prophète Jérémie :
18 Une voix dans Rama s’est fait entendre, des pleurs et une longue plainte : c’est Rachel qui pleure ses enfants et ne veut pas être consolée, parce qu’ils ne sont plus.

Pistes pour la prière :

  • Versets 13 et 14 : voir Joseph, Marie et l’enfant Jésus prendre le chemin de l’exil dans la plus grande précarité et pauvreté. Me faire pauvre avec le Christ pauvre et le suivre sur les chemins de l’exil.
  • Verset 15 : la sainte famille reste en exil, en terre étrangère jusqu’à ce que le danger soit écarté. Je me représente ce qu’a pu être cette vie en exil et je tâche d’en tirer profit pour moi-même.
  • Versets 16 à 18 : voir Hérode entrer dans une grande fureur. Il s’en suit le massacre des saints innocents. Qu’est-ce qui, pour moi, est source de violence ? Qu’est-ce qui vient sauver la paix que Dieu me donne ?

4e jour : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé »

Introduction à la journée :

Par son baptême Jésus inaugure son ministère public. Après un passage par le désert, il n’aura de cesse jusqu’à son arrestation, d’aller de villes en villages pour annoncer la Bonne Nouvelle qui continue à se répandre jusqu’à nous au fil des siècles. Le Royaume de Dieu est proche, il est au milieu de nous. Inutile d’aller chercher Dieu dans des exploits hors du commun, il est présent au cœur de notre quotidien. Il est tellement enfoui dans notre « pâte humaine » que nous ne le voyons plus. En prenant le temps de regarder Jésus, d’entendre ce qu’il dit nous nous rendons présent à notre Père et plus attentif à la manière dont l’Esprit nous guide.

Texte biblique : le baptême de Jésus (Matthieu 3,13-17)

13Alors paraît Jésus, venu de Galilée jusqu’au Jourdain auprès de Jean, pour se faire baptiser par lui. 14 Jean voulut s’y opposer : « C’est moi, disait-il, qui ai besoin d’être baptisé par toi, et c’est toi qui viens à moi ! » 15 Mais Jésus lui répliqua : « Laisse faire maintenant : c’est ainsi qu’il nous convient d’accomplir toute justice. » Alors, il le laisse faire. 16 Dès qu’il fut baptisé, Jésus sortit de l’eau. Voici que les cieux s’ouvrirent et il vit l’Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui. 17 Et voici qu’une voix venant des cieux disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qu’il m’a plu de choisir. »

Pistes pour la prière :

  • Verset 13 : Voir Jésus au bord du Jourdain se mêlant à la foule des disciples de Jean Baptiste venus se faire baptiser. Voir l’eau du baptême qui engloutit et qui purifie, qui fait passer de la mort à la vie. Et moi qu’est-ce qui me plonge dans la mort ? Qu’est-ce qui me fait vivre ?
  • Versets 14-15 : entendre les paroles échangées entre Jésus et Jean. « C’est toi qui viens à moi », « Laisse faire ». Quel écho ces paroles trouvent-elles en moi ?
  • Versets 16-17 : contempler la trinité : Jésus sortant de l’eau, l’Esprit qui est comme une colombe et le Père qui fait entendre sa voix. Comment chacune des trois personnes de la Trinité me parle-t-elle ?  

5e jour : « Venez à ma suite »

Introduction à la journée :

Dès le début de son ministère apostolique Jésus a pris soin de s’entourer de « compagnons » qu’il a appelé apôtres. Il ne va pas les chercher parmi les élites. Les premiers qu’il rencontre sont des pêcheurs. En leur proposant de faire d’eux des « pêcheurs d’hommes » il les invite à opérer une véritable reconversion. Il les rencontre au cœur de leur quotidien et non pas dans des circonstances exceptionnelles. Eux, se rendent disponibles pour répondre à l’appel de Jésus : ils laissent derrière eux leur métier et leur famille. Il en est de même pour nous. Si nous voulons nous mettre en marche à la suite du Christ il faut être prêt à nous détacher des liens qui nous empêchent de nous mettre en route.

Texte biblique : l’appel des premiers disciples (Matthieu 4,18-22)

18Comme il marchait le long de la mer de Galilée, il vit deux frères, Simon appelé Pierre et André, son frère, en train de jeter le filet dans la mer : c’étaient des pêcheurs. 19 Il leur dit : « Venez à ma suite et je vous ferai pêcheurs d’hommes. » 20 Laissant aussitôt leurs filets, ils le suivirent.
21 Avançant encore, il vit deux autres frères : Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, dans leur barque, avec Zébédée leur père, en train d’arranger leurs filets. Il les appela. 22 Laissant aussitôt leur barque et leur père, ils le suivirent.

Pistes pour la prière :

  • Verset 18 : Voir les deux frères Simon et André en train de jeter les filets à l’eau, geste mille fois répété que connaissent parfaitement les pêcheurs. Voir Jésus qui surgit au cœur de leur quotidien. Je fais mémoire des gestes qui constituent mon quotidien et tâche de trouver, à travers eux, les signes de la présence de Dieu.
  • Verset 19 : Entendre ce que dit Jésus : « Venez à ma suite ». Laisser résonner ces paroles en moi. Qu’est-ce qui me met en marche à la suite du Christ ?
  • Versets 20-21 : Regarder ce que font les personnages. Et moi qu’ai-je à laisser pour suivre le Christ ?

6e jour : « Je ne vous appelle plus serviteurs mais amis. »

Introduction à la journée :

Les 10 commandements ne sont pas abolis. La loi garde toute sa pertinence, mais Jésus va au-delà en nous donnant l’ordre de nous aimer les uns les autres comme lui-même l’a fait pour nous. Il n’y a pas de plus grande preuve d’amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime. Dieu, en Jésus-Christ, la fait pour nous. Depuis lors nous ne sommes plus dans une relation hiérarchique, mais nous sommes des amis auxquels Dieu a tout donné. Il nous revient alors de nous donner au service de notre prochain.

Texte biblique : le commandement nouveau (Jean 15,12-17)

12Voici mon commandement : aimez-vous les uns les autres comme je vous ai aimés.
13 Nul n’a d’amour plus grand que celui qui se dessaisit de sa vie pour ceux qu’il aime.
14 Vous êtes mes amis si vous faites ce que je vous commande.
15 Je ne vous appelle plus serviteurs, car le serviteur reste dans l’ignorance de ce que fait son maître ; je vous appelle amis, parce que tout ce que j’ai entendu auprès de mon Père, je vous l’ai fait connaître.
16 Ce n’est pas vous qui m’avez choisi, c’est moi qui vous ai choisis et institués pour que vous alliez, que vous portiez du fruit et que votre fruit demeure : si bien que tout ce que vous demanderez au Père en mon nom, il vous l’accordera.
17 Ce que je vous commande, c’est de vous aimer les uns les autres.

Pistes pour la prière :

  • Versets 12-13 : Entendre les paroles de Jésus « aimez-vous les uns les autres », « Nul n’a d’amour plus grand que celui qui se dessaisit de sa vie ». Quel écho ces paroles trouvent-elles en moi ?
  • Versets 14-15 : « Je ne vous appelle plus serviteur, mais ami. » Qu’est-ce que cela veut dire pour moi ?
  • Versets 16-17 : Dieu m’a choisi pour m’envoyer témoigner de la Bonne Nouvelle et pour que ma vie donne du fruit. Qu’en est-il pour moi aujourd’hui ?

7e jour : relecture de la deuxième semaine

Introduction à la journée :

Après cette 2e semaine d’Exercices dans la vie, je passe en revue les différentes étapes de ces journées. Je peux relire mes notes. Il y a peut-être un texte, un verset, un mot ou une indication pour la prière qui m’a touché plus particulièrement ; je peux alors y revenir dans la prière et l’approfondir. Sinon, je peux prier avec le psaume suivant :

Texte biblique : psaume 116

Louez le Seigneur, tous les peuples ;
fêtez-le, tous les pays !
Son amour envers nous s’est montré le plus fort
éternelle est la fidélité du Seigneur !

Pistes pour la prière :

« Louez le Seigneur tous les peuples fêtez-le tous les pays »
Je dis au Seigneur qui il est pour moi, ce que j’ai découvert au cours de la semaine et je lui exprime ma reconnaissance.

« Son amour envers nous »
Quels signes de l’amour de Dieu ai-je reconnu dans ma vie et pendant la semaine ? J’en rends grâce.

« S’est montré le plus fort »
Quels obstacles ai-je rencontré ? Sont-ils vaincus ou à vaincre ? Je remercie et demande au Seigneur la force de vaincre ces obstacles.

« Éternelle est la fidélité du Seigneur »
Je dis au Seigneur ma confiance en sa fidélité. Je lui demande de me garder fidèle et d’affermir ma confiance pour la semaine à venir.

Texte de la 1re semaine

 
A r c h e v ê c h é   d e   L u x e m b o u r g    .    Ä e r z b i s t u m    L ë t z e b u e r g
© Archevêché de Luxembourg . Äerzbistum Lëtzebuerg
certains droits réservés . verschidde Rechter reservéiert
4 rue Genistre, L-1623 Luxembourg
Boîte postale 419, L-2014 Luxembourg
+352 46 20 23
archeveche cathol.lu